terminal


terminal

1. terminal, ale, aux [ tɛrminal, o ] adj. et n. f.
• 1763 bot.; v. 1530 « qui peut se terminer »; lat. terminalis
1Didact. Qui termine, qui forme l'extrémité de qqch. Bourgeon terminal, qui se développe à l'extrémité de la tige. — Partie terminale d'un organe.
2(fin XIXe) Cour. Qui forme le dernier élément, la fin. final. Formule terminale d'une lettre. Phase terminale d'une maladie, qui précède la mort.
Classe terminale (du lycée) ou n. f. la terminale : dernière classe du lycée, où l'on prépare le baccalauréat. Élève de terminale. Être en terminale A, B, C... Programmes de terminale.
⊗ CONTR. Initial, premier. terminal 2. terminal, aux [ tɛrminal, o ] n. m.
• v. 1950; mot angl. « terminus »
Anglic. Élément final, point d'aboutissement (d'une ligne de communication).
1Ensemble des installations pour le déchargement des pétroliers et le stockage des produits pétroliers, à l'extrémité d'un pipeline. Terminal maritime.
(v. 1970) Lieu équipé pour la réception et l'expédition des conteneurs.
(v. 1970) Gare, aérogare urbaine servant de point de départ et d'arrivée pour les passagers. Une navette relie l'aérodrome au terminal.
2(v. 1960) Périphérique d'entrée et de sortie d'un ordinateur distant (cf. aussi Station de travail). Console, souris d'un terminal. Terminal graphique, vocal. « Les votes seront enregistrés sur des terminaux reliés eux-mêmes à Bruxelles » (Le Clézio).

terminal nom masculin (anglais terminal) Gare, aérogare urbaine servant de point de départ et d'arrivée des passagers. Organe d'accès à un ordinateur distant permettant soit l'envoi d'informations ou de demandes à l'ordinateur, soit la réception de réponses ou de messages. Ensemble de réservoirs de stockage utilisé pour la réception ou l'expédition d'hydrocarbures à terre ou en mer. ● terminal (expressions) nom masculin (anglais terminal) Terminal point de vente (T.P.V.), terminal informatique utilisé dans des centres commerciaux, faisant fonction de caisse enregistreuse et assurant la communication d'informations de gestion à un système informatique centralisé. ● terminal, terminale, terminaux adjectif (bas latin terminalis) Qui forme l'extrémité : Bourgeon terminal. Qui constitue le dernier élément de quelque chose, qui en marque la fin, final : La phase terminale des négociations. Qui précède de peu la mort. Se dit d'un groupe fonctionnel fixé à l'extrémité d'une chaîne hydrocarbonée ou d'une chaîne peptidique. ● terminal, terminale, terminaux (expressions) adjectif (bas latin terminalis) Classe terminale ou terminale (nom féminin), classe qui se situe à la fin de l'enseignement du second degré et où l'on prépare le baccalauréat ; ensemble des élèves de cette classe. ● terminal, terminale, terminaux (synonymes) adjectif (bas latin terminalis) Qui constitue le dernier élément de quelque chose, qui en marque...
Synonymes :
Contraires :

terminal, ale, aux
adj. et n.
rI./r adj. Qui termine, qui constitue la fin ou l'extrémité de qqch. L'opération entre dans sa phase terminale. Bourgeons terminaux des troncs de conifères.
|| Classes terminales ou, n. f., les terminales de l'enseignement secondaire, qui préparent aux différentes sections du baccalauréat.
rII./r n. m. (Anglicisme)
d1./d Point où aboutit une ligne de transport ou de communication.
d2./d Ensemble des installations de pompage et de stockage de l'extrémité d'un pipe-line.
d3./d INFORM Organe d'entrée et de sortie relié à un ou plusieurs ordinateurs par une ligne de transmission de données.

I.
⇒TERMINAL1, -ALE, -AUX, adj.
A. — ANTIQ. ROMAINE. [Corresp. à terme1 I] Loi terminale. Loi relative aux termes, aux bornes des champs. (Dict. XIXe et XXe s.).
B. — Qui termine.
1. [Dans l'espace]
a) Qui constitue l'extrémité de quelque chose. Un tentacule de vigne-vierge, qui se laisse prendre comme un serpent-liane, vise un reste de treillage disloqué, tend vers lui son doigt terminal, ses vrilles encore oisives, et se met en marche (COLETTE, Belles sais., 1945, p. 21).
BOT. Bourgeon terminal. Organe qui se développe à la partie extrême d'une tige. Les bourgeons terminaux se développent toujours aux dépens des autres, jusqu'à les atrophier complètement (GIDE, Journal, 1922, p. 728). Peu à peu, l'effort de la végétation qui s'était porté sur la racine s'attache à la tige. Celle-ci monte, émet son bourgeon terminal pour gagner en hauteur (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p. 16).
GÉOL. Moraines terminales. Moraines situées à l'extrémité d'un glacier. [Les lobes de glaces] ont construit une ligne plus ou moins continue et sinueuse de moraines terminales (LAPPARENT, Abr. géol., 1886, p. 378).
b) Qui constitue le dernier élément, qui marque la fin.
— [En parlant de qqc. de concr.] Plus loin, sur la pente terminale de la montagne (...) un gros bourg solitaire écrase l'herbe peureuse de Lure (GIONO, Manosque, 1930, p. 49). Le nez serait assez vulgaire sans l'aplatissement terminal qui caractérise l'homme pratique (BILLY, Introïbo, 1939, p. 200).
— [En parlant de qqc. d'abstr.] L'état dans lequel est écrit le Mémorial est (...) un état mystique (...), un état terminal derrière lequel on ne peut plus tourner (DU BOS, Journal, 1922, p. 104). La volonté qui décide ne se réduit pas à un acte terminal, à un fiat ultime qui surgirait soudain au sein d'une situation intérieure qui ne la comportait pas (RICŒUR, Philos. volonté, 1949, p. 130).
En partic. [En parlant d'une production orale ou écrite] Qui se situe à la fin, qui constitue la conclusion. Paragraphe terminal. C'était l'une des dernières phrases de la dernière lettre... elle venait juste avant les prières et les détresses terminales (MALÈGUE, Augustin, t. 1, 1933, p. 374). Dans cette chanson de « Compère Guilleri » où, pour rimer avec le nom du compère, tous les infinitifs de la deuxième conjugaison perdent tout simplement l'r terminale: et l'on dit mouri, couri, pour mourir, courir (ARAGON, Crève-cœur, 1941, p. 74).
2. [Dans le temps]
a) ENSEIGN. Classe terminale. Classe qui se situe à la fin des études secondaires et où l'on prépare le baccalauréat. Si nous ouvrons un manuel de sciences appliquées, nous y voyons figurer (...) des indications concernant les travaux intérieurs. Ceux-ci, pour les classes terminales, sont fort utiles (MATHIOT, Éduc. mén., 1957, p. 36). Empl. subst. fém. La terminale. Être en terminale A; élèves, programme de terminale. Moins de 10 % des enfants entrés en sixième se retrouvent plus tard en terminale C, voie royale pour la réussite (L'Express, 31 juill. 1978 ds GILB. 1980).
b) MÉDECINE
) Qui marque la fin, l'achèvement. Phase terminale; stade terminal. Enfin, à la période terminale, son langage [au malade] devient incohérent (CODET, Psychiatrie, 1926, p. 77).
) Qui précède de peu la mort, qui se situe dans la phase finale. Crise terminale. L'érysipèle apparaît encore comme une affection terminale, se développant chez des cachectiques, des cancéreux (ROGER ds Nouv. Traité Méd. fasc. 1 1926, p. 158). La diphtérie peut être considérée (...) comme terminale, lorsqu'il s'agit d'un enfant du premier âge (TEISSIER ds Nouv. Traité Méd. fasc. 2 1928, p. 186).
Prononc.:[], plur. masc. [-o]. Étymol. et Hist. 1. 1530 « limité dans le temps » (J. BOUCHET, Les Triumphes de la noble et amoureuse dame, Poitiers, f° 89 r°), attest. isolée; 2. a) 1604 « des bornes » dieux terminaux (LE LOYER, Spectres, VII, 9 ds HUG.); b) 1842 « qui concerne les limites » Loi terminale (Ac. Compl.); 3. 1763 « qui est à l'extrémité ou forme l'extrémité de quelque chose » (ADAMSON, Familles des plantes, Préface, p. CCLIX); 4. a) 1902 « de la fin, final » (BARRÈS, Amori, p. 125); b) 1957 spéc. classes terminales (MATHIOT, loc. cit.); 1968 p. ell. de classe, terminale subst. (L'Express, 7 oct. ds GILB. 1980). Empr. au lat. d'époque impériale terminalis, -e « relatif aux limites, aux bornes » et « final, qui forme la conclusion », dér. de terminus (v. terme I). Fréq. abs. littér.:70.
II.
⇒TERMINAL2, -AUX, subst. masc.
A. — Point d'aboutissement d'une voie de circulation.
1. a) Ensemble d'installations techniques et d'équipements, à l'extrémité d'un pipe-line qui permettent de charger, de décharger ou de stocker des produits pétroliers. Terminal méthanier. Les travaux du terminal pétrolier d'Antifer avancent rapidement (...). On songe aussi à un terminal pour le gaz naturel liquéfié (Le Monde, 23 févr. 1975 ds GILB. 1980).
b) Équipement portuaire permettant la manutention (réception, expédition) d'un type de marchandise déterminé. Terminal maritime. Les trois terminaux à conteneurs du Havre sont exploités selon le même principe (...) des terminaux ferroviaires y sont associés (Revue Générale des Chemins de fer, nov. 1978 ds GILB. 1980).
2. Gare, aérogare urbaine servant de point de départ et/ou d'arrivée pour les passagers des lignes aériennes. Les hôtesses de l'aéroport m'ont dit qu'à cette heure tardive, il n'y avait que la liaison vers le « terminal » de la porte Maillot (...). J'ai dû subir l'incommodité de ce « terminal », mal relié au métro (Le Monde, 11 mars 1975 ds GILB. 1980).
B. — INFORMAT. Organe d'entrée et desortie de données, relié par une ligne de communication à un ordinateur qui effectue le traitement de ces données et qui lui transmet les résultats. Terminal conversationnel, de dialogue, léger, lourd, domestique; terminal actif, graphique, passif; terminal à écran; imprimante de terminal. Un terminal simple (écran-clavier ou imprimante) ne possède généralement pas de possibilité de traitement autonome « en local ». En revanche, certains terminaux programmables à mémoire peuvent réaliser des opérations pré-calcul ou d'édition (Bureautique 1980).
Prononc.:[], plur. [-o]. Étymol. et Hist. 1. [Vers 1950 d'apr. REY-GAGNON Anglic.] 1971 terminaux de transport (Dossiers de l'Entreprise, mai ds GILB. 1980); 1972 terminal pétrolier (L'Express, 11 sept., p. 52 ds REY-GAGNON Anglic.); 1972 terminal méthanier (Le Monde, 6 déc. ds GILB. 1980); 2. [vers 1960 d'apr. REY-GAGNON Anglic.] 1968 informat. (Le Figaro, 26 sept. ds GILB. 1980). Empr. à l'angl. terminal att. dep. 1850 comme subst. désignant la partie extrême d'une ligne électrique où se fait la connexion de fermeture d'un circuit (NED) et dep. 1888, à l'orig. en anglo-amér., la gare d'aboutissement d'une ligne de chemin de fer, ou de tout autre moyen de transport (1921 ds NED Suppl.2), notamment l'avion (1958, ibid.) ou une installation de chargement de produits pétroliers (1940, ibid.) et att. dep. 1954 comme terme d'informat. (ibid.); il représente l'empl. subst. de l'adj. angl. terminal, de même orig. que l'adj. fr. L'arrêté du 22 déc. 1981 admet l'usage de ce terme en informat. (J.O. du 17 janv. 1982). Bbg. DELAMARRE (G.). Le Vocab. des réseaux. Informatique et gestion. 1979, n° 110, p. 63; n° 111, pp. 36-37. - Dossiers de mots. Néol. Marche. 1979, n° 7, pp. 50-56; 1980, n° 17, pp. 24-25.

1. terminal, ale, aux [tɛʀminal, o] adj.
ÉTYM. 1763, botanique; « qui peut se terminer », v. 1530; sens général, fin XIXe; bas lat. terminalis, du lat. class. terminus. → Terme.
———
I
1 Didact. Qui termine (3.), qui forme l'extrémité de quelque chose. Bot. || Bourgeon terminal, inflorescence terminale, qui se développe à l'extrémité de la tige.Géogr. || Moraines terminales d'un glacier.Partie terminale d'un organe. Extrême. || Plaque terminale.Sifflet (cit. 1) à boule terminale. || Anneau terminal d'une chaîne. Dernier.(Fin XIXe). Cour. Qui forme le dernier élément, la fin. Final. || Point terminal.
1 Si j'avais à formuler un credo, je dirais : Dieu n'est pas en arrière de nous. Il est à venir. C'est non pas au début, c'est à la fin de l'évolution des êtres qu'il faut le chercher. Il est terminal et non initial. C'est le point suprême et dernier à quoi tend toute la nature dans le temps.
Gide, Journal, 30 janv. 1916.
2 Spécialt (en parlant du discours oral ou écrit, des éléments du langage). || Lettre terminale d'un mot. || Formule terminale d'une lettre.
2 (…) comme dans cette chanson de « Compère Guilleri » où, pour rimer avec le nom du compère, tous les infinitifs de la deuxième conjugaison perdent tout simplement l'r terminale : et l'on dit : mouri, couri, pour mourir, courir.
Aragon, le Crève-cœur, p. 74.
3 Devant chaque forme terminale (valise, brosse, carrosserie d'auto, jouet, étoffe, tuyau, cuvette ou papier), l'esprit ne cesse de poser la matière primitive comme un rébus.
R. Barthes, Mythologies, p. 171.
3 (Temporel). Qui termine, achève dans le temps. || Phase terminale d'une maladie. || Stade terminal de la publicité. → Fille, cit. 22. || Phase terminale d'un processus.
4 (1964). Admin. (France) et cour. || Classe terminale : classe des collèges et lycées où l'on prépare le baccalauréat.N. f. (1968). || La terminale, une terminale. || Les programmes de terminale.
4 Et de la valeur de mes leçons dépendra la réussite de mes élèves au baccalauréat, surtout celles des Terminales A, à qui j'enseignerai la philosophie huit heures par semaine.
Yanny Hureaux, la Prof, p. 16.
———
II (1842). Didact. (Antiq. rom.). || Loi terminale : loi relative aux bornes (termes) des champs.
CONTR. Initial, premier.
HOM. 2. Terminal.
————————
2. terminal, aux [tɛʀminal, o] n. m.
ÉTYM. V. 1950; mot angl. « terminus ».
Anglic. Élément final, point d'aboutissement (d'une ligne de communication).
1 (Lieux). Ensemble des installations pour le déchargement des pétroliers et le stockage des produits pétroliers, à l'extrémité d'un pipe-line. || Terminal maritime. || « Le Havre aura son terminal pétrolier géant » (l'Express, 11 sept. 1972, p. 52).(V. 1970). Lieu équipé pour la réception et l'expédition des conteneurs. || Terminal intérieur maritime.
(V. 1970). Cour. Gare, aérogare urbaine servant de point de départ et d'arrivée pour les passagers.
2 (V. 1960). Inform. et cour. Organe d'entrée et de sortie associé à un ordinateur, et recueillant des données ou des résultats. || Terminal cathodique, imprimante d'un terminal. Console, périphérique. || « Outre ces mémoires annexes, et dans la même catégorie de prix que l'ordinateur lui-même (plus exactement ici : “unité centrale”), se répandirent des organes d'entrée/sortie souples, puissants et bon marché : les “terminaux”. En général à écran graphique (sorte d'écran de télévision) et clavier » (le Monde, 19 sept. 1978, p. 40). Écran.
HOM. 1. Terminal.

Encyclopédie Universelle. 2012.